Découvrez comment Wilfried Ekanga ridiculise Mboutou Ze après sa démission forcée de la Cnps

0
81

Dans le forum suivant, le militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) crache son poison sur le militant de l’Assemblée démocratique du peuple camerounais (Rdpc), qui a affirmé dans un programme qu’il n’y a pas de guerre dans les régions anglophones du Cameroun.

Et il a reculé! Depuis des mois, Ze The Panther vous explique qu’il n’y a pas d’animaux sauvages dans la jungle et que la savane respire la paix et la sérénité. Et même après les récents massacres de Kumba, il est revenu pour vous dire qu ‘ »il n’y a pas de guerre à NOSO ». Il semble que le président Mvondo « maîtrise » la situation et que « chacun fait sereinement ses affaires ».

Mais il y a un dicton selon lequel vous ne devriez jamais rire des testicules de votre voisin lorsque vous êtes stérilisé. Car dans son délire wamakulique, Ze La panthere avait négligé les effets du karma. Voici donc un autre Mvondo, cette fois Mekulu, qui a décidé de le réaffecter à la zone anglophone pour continuer l’influence de la CNPS et, en plus, pour démontrer que le NOSO est le pays des merveilles dont parlait Alice.

En dehors de cela, déformez ce qui devait arriver. À notre grande surprise (ou pas), Ze vient d’annoncer sa démission de la noble institution pour laquelle il travaillait! Oui, oui, vous avez bien lu: il y a tellement de paix à NOSO qu’il a préféré perdre son emploi que d’y aller et de profiter de cette paix. (Sous la haute protection de Field Marshall.)

PATRIOTISME FECAL

Voici donc les patriotes en pisse de sardine servant de modèles. Depuis qu’on vous a appris que le patriotisme consiste à dire que tout va bien quand RIEN ne va; depuis qu’on vous a dit que Biya est le Cameroun et quiconque n’aime pas Biya n’aime pas leur pays comme si Biya lui-même aimait son pays. Lui, le présumé président, n’est pas entré dans l’ONOS depuis Methusalah. Il n’était même pas prêt à aller au deuil des étudiants assassinés. Et son assiette perroquet, qui vous dit que tout va bien, refuse de partir …

Alors qu’Atanga Nji vous demande de revenir, vous et vos guides traditionnels le faites. Le Camerounais est un être infantilisé à qui on a appris à approcher le médecin qui lui a diagnostiqué la maladie, pas la maladie elle-même. Par conséquent, quand vous lui dites que NOSO est en guerre, il vous appelle un « terroriste » comme seriez-vous celui qui a causé cette guerre. Si vous leur dites qu’un délestage au milieu d’un stade au début d’une compétition internationale et devant le président de la FIFA serait dommage, ils seraient plus en colère contre vous que contre la personne dont la négligence a causé le délestage.

Le barrage de Memve’ele aurait dû être livré en 2018. Non seulement il n’est pas encore terminé, mais il coûte également près de six fois le montant des travaux correspondants en Afrique et dépasse 450 milliards de FCFA. Et surtout, il ne produit même pas 35% de sa production (moins de 90 MW sur 211 attendus). Mais ce sont les ennemis qui vous le disent, et non la bande de voleurs qui kidnappent, non?

Ahhhh, quel peuple. Lorsque les gens ont marché vers NOSO pour le retour de la paix et ont demandé un véritable dialogue non marginal, loin de la pièce de théâtre Biyalog de septembre 2019, ils ont été heureux d’être arrêtés et torturés. Cependant, comme avec Ze La panthere, vous n’accepteriez jamais d’entrer dans Muyuka ou Batibo. Quel paradoxe! Ceux qui disent que tout va bien demandent à ceux qui disent qu’il y a la guerre d’aller là où il y a la guerre … quand ils disent que tout va bien! C’est du wamaculisme.

EN DÉFINITIVE :

Lorsque nous vous parlons de ces choses, vous nous dites » concentrons-nous sur le CHAN « , puisque c’est le CHAN qui produit l’autosuffisance alimentaire et règlera vos soucis d’emploi. Et lorsqu’on ne se réjouit pas avec vous de la « beauté » des stades, vous nous traitez d’ »aigris ». Car pour être patriote, il faut oublier que les stades (sans éclairage externe ni réelles voies d’accès) ont été livrés avec deux ans de retard (et certains toujours pas !), alors que la Banque Mondiale les estime également à six fois le prix des mêmes infrastructures dans d’autres pays africains tels que la Côte d’Ivoire.

Dans le monde, le stade Paul Biya d’Olembe est le seul stade de 60 000 places ayant coûté 200 milliards, mais toujours pas achevé après dix ans ! Mais quand on n’a jamais voyagé, on pense que le développement c’est remettre la peinture sur les trottoirs d’une route poussiéreuse. Ce n’est pas du patriotisme, mais du wamakoulisme.

La science de l’imbécilité volontaire. En attendant, expliquez-nous en commentaires comment un citoyen exemplaire comme Mboutou Ze refuse d’aller dans le Lebialem et préfère les plateaux TV climatisés de Douala, alors que vous nous dites tour le temps que le combat c’est » sur le terrain. » On, on, on attend.

Ekanga Ekanga Claude Wilfried

REF:https://www.camerounweb.com/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.